Un peu de couleurs.

Publié le par Emilie Filrouge

Canon EOS 600D+EF 50mm f/1.8 II+Tubes-allonges AF 13/21/31; iso 200, 1/125, f/3.2

Canon EOS 600D+EF 50mm f/1.8 II+Tubes-allonges AF 13/21/31; iso 200, 1/125, f/3.2

Un peu de couleurs.

J'aime ça, les couleurs.

Et pas qu'un peu d'ailleurs.

En fait, il n'y a pas grand-chose à dire sur cette photo, pas de message. Rien de spécial. J'avais juste envie de refaire un petit article, et puis de mettre autre chose que du noir et blanc, pour égayer un peu.

A propos de la macro...

J'ai toujours aimé la macro, enfin, je dirais plutôt, faire de la proxy avec le pseudo-mode macro de mes différents numériques, parce que c'est rigolo. Je trouve ça jouissif de prendre en photo des détails qu'on ne voit pas à l’œil nu. Ça a quelque chose de magique.

Pourtant, quand je traîne sur des sites de photo, la plupart des clichés en macro me laissent de marbre. Enfin, surtout la macro d'insectes en fait. C'est ultra joli, très balèze techniquement, impressionnant... Mais quand on a vu une paire de clichés d'insectes aux yeux globuleux couverts de rosée sur 500px, on les a tous vus. Enfin, c'est l'impression que j'ai.

C'est un peu le souci avec la macro: on accède à un nouvel univers, on s'émerveille de pouvoir voir des choses toutes petites en détail, du coup on shoote, et en général, c'est toujours les mêmes sujets. J'en reparlerai peut-être si je vous montre ma super-photo-de-flocon-de-neige en macro, tellement peu originale (y'en a juste trois milliards et demi sur le net, des flocons en macro...)... mais c'est aussi tellement jouissif!

En fait, depuis que j'ai mes tubes-allonges macro, j'arrive vraiment à mieux comprendre le délire de ces gens qui postent des photos super jolies et impressionnantes, mais très bateau.

Parce que oui, la macro, non seulement c'est un autre univers à prendre en photo, mais aussi une prise en main totalement différente! Profondeur de champ riquiqui, obligation de fermer le diaph, mise au point littéralement au millimètre près... Du coup, en effet, on se rend compte que c'est un challenge. Autant dire que je ne suis pas prête de faire une super photo d'insecte ultra balèze comme on en voir sur 500px.

Bref, en attendant, je m'amuse quand même bien avec mon bazar.

A propos des tubes-allonges

Au cas où vous ne connaîtriez pas, j'ai mis une petite image en début d'article pour vous montrer ce que c'est.

Basiquement, on v évacuer le point critique tout de suite: c'est pas cher.

Ça va chercher dans les 100€, donc c'est un investissement tout de même, mais bien plus raisonnable que le prix d'un objo dédié à la macro. Surtout quand on ne prévoit pas vraiment de se spécialiser dedans.

Ce ne sont que des tubes, qu'on monte comme un objectif sur l'appareil, et on fixe l'objo au bout du montage. Il n'y a aucun composant optique, ce sont vraiment des tubes. Genre on peut passer le doigt dedans.

Ce qui justifie le prix, c'est la conservation des automatismes.

Il existe des tubes-allonges sans contacts électroniques qui valent une bouchée de pain, mais ne permettent pas de changer l'ouverture du diaphragme via le boîtier. Comme aucun de mes objectifs ne me permet de faire ça "manuellement" et que la profondeur de champ est drastiquement réduite et qu'on se retrouve fréquemment à devoir fermer à f/8-11 pour obtenir quelque chose d'exploitable... Je vous laisse faire vos déductions!

Alors bien sûr, cette technique a ses inconvénients, déjà le montage est un peu fastidieux, ensuite il y a une perte de luminosité, ajoutez à cela les difficultés inhérentes à la macro.

Mais globalement, pour une débutante en macro comme je le suis, et qui ne souhaite pas non plus en faire des tonnes, les résultats sont plutôt honorables quand on arrive à prendre la bête en main!

Et la photo, sinon?

Oui, la photo. C'est un cabochon en cristal, qu'on monte en collier (j'ai eu ma période "fabrication de bijoux"), manifestement recouvert d'un apprêt qui lui donne cet aspect irisé.

Ça brille, ça fait un tas de couleurs > J'aime.

J'ai posé cette petite chose (un peu moins d'un centimètre de diamètre) sur un CD (pour faire encore plus de reflets flashy) et éclairé le tout avec une lampe.

Et j'ai shooté.

Et c'est tout.

Enfin, presque.

En effet, la macro est impitoyable et révèle tous les détails, y compris les détails peu flatteurs. Un si bel objet à l'oeil nu, s'est révélé sur l'écran plein d'aspérités, de rayures, de poussières... J'ai donc ajouté un petit nettoyage à ma routine de post-traitement. On voit quand même, je n'ai pas pu le corriger, que le sommet du cristal, normalement pointu, est totalement accidenté.

Enfin bref, je crois avoir tout dit. Pas de vocation particulière pour cette photo, à part de montrer une jolie chose pleine de couleurs et qui brille. Et parfois, on n'a pas besoin de davantage!

Publié dans macro

Commenter cet article