A propos

Publié par Emilie Filrouge

A propos

Moi et la photo

Je m'appelle Emilie, j'ai 27 ans et à la base je suis une lettreuse.

D'ailleurs j'ai fait un master de lettres. Je rêverais pourtant de faire un métier en rapport avec la photographie.

J'ai découvert la photo en regardant avec envie le reflex argentique de mon père, et puis en m'amusant en vacances avec des tas d'appareils jetables (si bien que maintenant, mes souvenirs d'enfance en vacances sont irrémédiablement liés à l'image rectangulaire et bariolée de ces petites boîtes à images prêtes à l'emploi)...

Et puis il y a eu le numérique, et là, ça a été un peu le déclic (je fais de l'humour, alors riez, si vous êtes bien élevés). Genre, tu pouvais prendre des photos, et les avoir direct sur ton ordinateur, et même les traficoter comme tu voulais! Youpi!!

Du coup, quand ça a été plus ou moins abordable, je crois que je devais avoir 16 ans, j'ai été gratifiée pour mon anniversaire de mon premier appareil numérique.

Pour le coup, c'était vraiment, comme le disent les anglophones, un "point-and-shoot", tu vises, t'appuies. Pas de modes créatifs, manuels, semi-manuels... Un seul mode. Tout auto. 1.3 Megapixels. Démerde-toi avec ça, ma grande. C'était un peu ce que les appareils lomo sont à l'argentique, en fait.

Et pourtant c'est avec ça que ma passion a pris son ampleur: faire des photos, oui, mais avoir le contrôle immédiat sur ce qu'on fait avec, pouvoir les regarder, les stocker, s'amuser avec, tout ça sur PC...

Je découvrais un truc.

Passé ça, j'ai eu un ou deux compacts numériques lambda, dont je n'ai pas fait grand-chose de merveilleux, mais je m'amusais comme une folle à switcher les modes, et hop si je prenais le tissu de mon jean en mode macro, tiens, je vais prendre un paysage en mode paysage, tiens, pourquoi quand je prends une photo en mode "feu d'artifice" c'est flou, avec flash, sans flash.... Enfin, de la joyeuse expérimentation. Je m'amusais comme une folle mais je ne sortais rien de bien folichon.

Et puis la vie a suivi son cours, et j'ai pu poser mes mains sur un Canon Powershot G11.

J'avais jamais eu de Canon entre les paluches (j'étais passée jusque là par trois compacts basiques, un no-name, un Samsung et un Olympus absolument horrible qui faisait des horreurs pas possibles niveau balance des blancs) mais ça a été une révélation.

Et puis j'ai découvert que sur la molette de réglage, y'avait un mode appelé "M".

J'ai essayé.

A partir de là, les choses n'ont plus été les mêmes!

Je me suis intéressée aux notions techniques, à la vitesse d'obturation, aux isos, à l'ouverture du diaphragme, enfin tous ces trucs qui paraissent un peu chiants. Et puis ça me suffisait plus, et puis j'ai eu un reflex, et puis j'ai continué à apprendre, à expérimenter, à m'équiper, à apprendre, à expérimenter....

Et à l'heure actuelle, j'y suis encore.

D'ailleurs, je pense qu'on ne cesse jamais d'apprendre!