La double exposition pour les nuls

Publié le par Emilie Filrouge

Canon EOS 600D, EF-S 55-250mm

Canon EOS 600D, EF-S 55-250mm

Oups...

Cela fait un certain temps que j'ai délaissé ce blog. Pourtant, je n'ai pas délaissé la photo pour autant. J'ai couvert plusieurs manifestations locales (telles que La Marbichonne, pour la troisième année), mais pas vraiment de quoi alimenter ce blog dans le sens où il n'y avait rien de vraiment nouveau ou de particulièrement inédit à traiter.

En fait, je n'innove pas trop, ces derniers temps, il faut que je me remette à expérimenter, tester des choses...
Comme je l'ai fait il y a une paire de semaines au stade!

Lorsqu'on accompagne quelqu'un à un événement sportif dont on n'a à priori pas grand-chose à faire soi-même, 90 minutes, c'est un peu long. J'avais pris mon fidèle matériel avec moi, parce que mine de rien, il peut s'en passer des choses dans un stade. Et dans le pire des cas, je pouvais m'entraîner à la photo sportive, autant que faire se peut lorsqu'on est au fond d'une tribune, bien loin du terrain.

Cet éloignement peu avantageux n'aidant pas à se focaliser sur l'action m'a cependant permis de mieux observer tout ce qui l'entourait. Les tribunes, l'architecture du stade, le coucher de soleil...

Et puis il y avait ce truc, à notre gauche immédiate, qui me titillait pas mal. Un panneau vitré sur lequel se reflétait l'image du terrain.

Il y a eu besoin de quelques contorsions pour arriver à cadrer tout cela comme je le voulais sans heurter l'un ou l'autre de mes voisins, et une fenêtre de temps assez incertaine avant la prochaine effusion de joie ou de mécontentement qui ferait se lever les gens de leurs sièges, avec tout ce que cela entraîne de risques de bousculades et de chocs (ça a l'air super impressionnant, dit comme ça, mais en fait, non. Ce sont juste des gens qui se lèvent, mais l'espace étant assez restreint, un coup de coude malencontreux dans le téléobjectif est si vite arrivé...).

J'ai malgré tout réussi à tirer quelques clichés bien sympathiques dont le concept me plait pas mal.

Le résultat est en effet similaire à un genre de double exposition (eh oui, j'ai menti dans le titre, c'en est pas vraiment, bouuuh), qui a ça de sympa que l'image finale montre simultanément les deux faces d'une même pièce, en quelque sorte. On peut voir à la fois le terrain et les tribunes, et les marquages de la pelouse donnent un côté graphique et géométrique très appréciable, qui contrastent bien avec le désordre éparpillé des spectateurs.

De quoi vous donner des idées d'exercices ludiques pour tester des effets de double exposition à moindres frais et à moindres efforts! Allez donc faire le test vous-mêmes, partez à la chasse des vitrines et autres surfaces translucides réfléchissantes, et amusez-vous bien!

Publié dans tutoriels, news

Commenter cet article